Un ministère en mouvement pour une diplomatie intelligente et proactive

Le Ministère des Affaires Etrangères s’adapte à un monde en pleine mutation

D’une fonction de simple représentation diplomatique à une fonction orientée vers la performance, le Maroc est en train de renforcer la présence et la capacité de ses postes diplomatiques à l’Etranger. La notion de diplomatie par objectifs, qui est un concept novateur, recueille la pleine adhésion de la diplomatie marocaine. L’action du MAEC se base sur les Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi, Mohammed VI, avec comme principal objectif d’édifier une diplomatie solide pour consolider le rôle du Maroc en ce début de 3Ëme Millénaire. En traçant la voie d’une diplomatie performante, proactive et constamment tournée vers l’avenir, Sa Majesté le Roi, dans son discours à  l’occasion de la Fête du Trône, du 30 juillet 2009, a souligné son attachement à donner ´une forte impulsion à notre diplomatie, en veillant à ce que la fermeté sur les principes, le pragmatisme dans les approches, l’efficience des moyens d’action et la tangibilité des résultats enregistrés soient ses atouts majeurs.

Conformément à la Vision de Sa Majesté le Roi, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération, sous l’impulsion du Ministre des Affaires Etrangères M. Taïb Fassi Fihri, a lancé une réflexion profonde en interne et s’est attelé à la mise en œuvre d’une « nouvelle diplomatie intelligente ». Une diplomatie qui place l’élément humain et la performance des résultats au centre de ses priorités. Comme le précise M Taïb Fassi Fihri, « nous recherchons constamment à améliorer notre capacité à réagir mais également à anticiper les évolutions futures de notre environnement immédiat (voisinage et régional) qui est étroitement lié à notre environnement international ». Dans cette même perspective, le Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Youssef Amrani, explique que le processus de réformes en cours aux MAEC ne peut être totalement dissocié des stratégies de restructuration et de transformation que connaît le Maroc « la réforme du Maec s’inscrit dans le prolongement stratégique du processus général de réforme politique, économique, sociale et culturelle et procède aussi de la politique gouvernementale de modernisation et d’ouverture des secteurs publics, en tant que pivot central de la stratégie de développement du pays. Elle vise la mise à  niveau du Département, sa modernisation et le redéploiement de l’appareil diplomatique. La démarche suivie pour mener à bien cette réforme stratégique concerne à la fois les structures du Département, sa mission d’impulsion, de coordination et de suivi ainsi que les méthodes de travail des missions diplomatiques et consulaires ».

Dans un environnement de plus en plus exigent, il est essentiel, de disposer d’une flexibilité permanente et d’une grande capacité d’adaptation pour faire face à l’évolution rapide, aux changements profonds et à l’accélération des flux transnationaux de toute nature (humains, de capitaux, de marchandises, de services, d’information, …) et la multiplication des risques et des menaces à caractère régional et global (terrorisme, extrémisme, actes de pirateries, criminalité transfrontalière et trafic d’armes et de stupéfiants, changement climatique,….). Le but étant de développer un appareil diplomatique résolument efficace, appelé à agir davantage et plus rapidement  et qui sera constamment mobilisé pour servir les intérêts de la nation.

Un intérêt particulier est accordé à la communauté marocaine résidente à l’étranger à travers une défense engagée et constante de ses intérêts et une amélioration continue de la qualité des prestations qui lui sont rendus par nos postes diplomatiques et consulaires à l’étranger.

Mieux renforcer son ancrage et son adaptation au nouvel environnement international

Eu égard à la dynamique de modernisation et de développement que connaît le Maroc et à l’évolution des priorités de l’agenda international, la fonction diplomatique est désormais appelle à se diversifier et à se réorganiser en intégrant dans sa démarche de nouveaux paramètres (Développement humain, droits de l’homme, changements climatiques, migration, gestion des crises,…) et en tenant compte des nouveaux acteurs des relations internationales (ONG, multinationales, parlementaires, gouvernements locaux, administrations territoriales,… ).

En plaçant l’élément humain au centre du processus de modernisation et de restructuration, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération s’appuie sur trois piliers majeurs, que sont, (1) « la promotion d’une gestion moderne, performante et prévisionnelle en matière de ressources humaines », (2) « la mise à niveau institutionnelle et organisationnelle », et (3) «  la rénovation des méthodes d’action ». En effet, la mise en place d’un programme de renforcement de l’effectif et des compétences des ressources humaines, la création et la mise en place de structures de formation modernes et performantes, ainsi que le renouvellement et le rajeunissement des effectifs sont des objectifs essentiels que le Département des Affaires Etrangères s’est fixé d’atteindre pour doter l’appareil diplomatique des ressources humaines les plus qualifiés. Ces principes d’action ont conduit le Département des AE à repenser son organisation interne qui sera recentrée autour de plusieurs pôles: géographique, régional, multilatéral, consulaire, social, image, et management.

Mieux anticiper les défis du futur  afin de  répondre aux enjeux globaux

Aujourd’hui, on assiste à l’émergence de nouveaux acteurs dans les relations internationales. Il s’agit à titre d’exemple, des firmes internationales, des organisations non gouvernementales, des gouvernements locaux, des administrations territoriales, des institutions internationales, des lobbies, des Think Thank, ect., qui prennent une place de plus en plus importante sur la scène internationale. Par conséquent, le diplomate se trouve au centre d’enjeux aussi importants et complexes que les relations monétaires, financières et commerciales internationales, les négociations internationales de toute nature, l’aide au développement, les crises humanitaires, les conflits régionaux, les problématiques migratoires, ….

A la complexité de ces enjeux s’ajoute le renforcement de la présence des organisations non gouvernementales dans les relations internationales a donné naissance à ce qu’on appelle une « nouvelle diplomatie publique » qui va au delà  de la transmission de messages, des campagnes de promotion ou même des contacts intergouvernementaux. Il s’agit donc d’établir des canaux d’échange et de construire un relationnel avec les acteurs de la société civile nationale et internationale et de contribuer à faciliter les liens entre les acteurs non étatiques locaux et étrangers.

Ces quelques exemples, montrent que l’émergence de nouveaux défis mondiaux appellent à une réadaptation du rôle du diplomate qui doit s’inspirer des « best practices » – meilleurs pratiques –  en la matière pour répondre efficacement aux contraintes et aux exigences du nouveau contexte international. Le diplomate marocain est appelé aujourd’hui plus que jamais à renforcer les cercles de partenariats et de solidarité du Royaume du Maroc avec le reste du monde, à peser dans le débat d’idées sur la scène internationale et régionale, défendre les intérêts de la communauté marocaine à l’Etranger avec comme axe majeur la promotion de l’identité culturelle marocaine, à travers une stratégie de communication adaptée et planifiée. Au 21ème siècle, le diplomate marocain se doit d’être performant, c’est-à-dire, aguerri aux techniques de communications, disposant d’une fine capacité d’analyse des enjeux et du contexte géostratégique. De même, il doit disposer d’une grande capacité d’anticipation des évolutions futures pour pouvoir prendre des initiatives qui s’imposent et conduire les actions stratégiques appropriées. C’est dans ce sens que s’orientent désormais les efforts du réseau diplomatique marocain.

Les priorités de la diplomatie marocaine

Comme l’explique le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Taïb Fassi Fihri, « Conformément aux Hautes Orientations Royales, la diplomatie marocaine s’appuie essentiellement sur une diplomatie du ˝˝3Ëme millénaire qui se doit d’être offensive et capable de s’adapter aux mutations ˝internationales ». Celle-ci devra conforter la position ˝internationale privilégiée du Maroc et prôner une diplomatie efficiente, qui s’exprime à travers les trois cercles concentriques que sont: le voisinage, la solidarité et le partenariat, en faveur d’une diplomatie constamment mobilisée pour défendre la Cause sacrée du Royaume et celle de son intégrité territoriale. D’ailleurs, la publication du rapport du SGNU et l’adoption à l’unanimité par le Conseil de Sécurité de la nouvelle résolution 1920, en avril 2010, sur le Sahara marocain, démontre l’importance des efforts déployés par la diplomatie marocaine, car unanimement confortés par les puissances internationales et par la crédibilité et l’engagement du Maroc à résoudre définitivement ce différend régional, grâce à sa présentation de l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de nos provinces du Sud.

S’agissant de l‘Union maghrébine, le Maroc continuera de militer en faveur de la construction d’un Maghreb Arabe fort et crédible vis-à-vis des autres groupements régionaux, notamment l’UE. De même, la diplomatie marocaine restera constamment mobilisée en faveur de la paix au Proche Orient, la création d’un Etat palestinien viable avec comme capitale Jérusalem Est et de la défense de la ville sainte AlQods de toute dénaturalisation culturelle ou religieuse. Notre diplomatie ambitionne également de renforcer son partenariat privilégié avec l’UE. A ce titre, Youssef Amrani précise, que «  la formalisation de notre rapprochement historique avec l’UE en octobre 2008 et la tenue, en mars dernier, du premier Sommet entre le Maroc et l’UE démontre que la diplomatie marocaine a enregistré des réussites exceptionnelles et positionne le Maroc à l’avant-garde des pays de la région méditerranéenne. Avec le Statut Avancé, le Maroc a démontré qu’il est un partenaire crédible, ambitieux et incontournable de l’UE, qui faut-il le rappeler, est l’un des plus grands marchés et acteurs dans le monde ». De même, la diversification du partenariat avec les différentes régions du monde et particulièrement en Afrique et le renforcement de la présence du Maroc sur le plan multilatéral reste également un des objectifs majeurs de la diplomatie marocaine.

Pour maintenir cet élan visant ‡ renforcer la présence et l’influence du Maroc sur la scène internationale, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération a élaboré un vaste programme de réformes et de restructuration  dans l’objectif de moderniser l’appareil diplomatique en de le doter d’outils adaptés, performants et innovants. A ce titre a diplomatie marocaine est donc, appelée à s’adapter, à se renforcer et à s’ouvrir sur son environnement extérieur pour accompagner efficacement la dynamique ascendante du Maroc

Lancement prochain de l’Académie diplomatique marocaine (l’AMED)

Pour améliorer la capacité d’analyse politique, d’anticipation, d’adaptation, d’initiative et d’innovation, du diplomate marocain, et pour la première fois depuis l’indépendance, le Maroc disposera, de l’Académie Marocaine des Etudes Diplomatiques (AMED) qui sera, très prochainement, opérationnelle. Celle-ci s’appuie sur un benchmark international des meilleures formations diplomatiques en la matière pour répondre de manière optimale aux besoins et aux défis auxquels sont confrontés les diplomates marocains dans l’exercice de leur fonction. L’AMED sera donc une institution d’excellence qui dispensera d’une formation spécialisée de haut niveau au profit des jeunes diplomates marocains appelés ‡ relever les nouveaux défis du 21ème siècle. Celle-ci sera également ouverte pour former les cadres relevant de l’ensemble des Départements marocains appelés ‡ exercer des fonctions à l’étranger. L’AMED disposera également d’un Centre international de formation des diplomates des pays partenaires, d’un Centre de perfectionnement linguistique, d’un Centre de recherche, d’un Centre international de conférences et d’un Forum de coopération internationale.

A ce propos, M. Youssef Amrani, a  indiqué que  « le programme de formation de l’Académie est finalisé et la réalisation des travaux est en phase d’achèvement. Le programme prévu est riche, diversifié et à la pointe des enseignements théoriques et pratiques en matière de relations internationales. Il sera dispensé par les meilleurs spécialistes nationaux et internationaux dans toutes les disciplines concernées ».

Par ailleurs, et après des années de travail, le Ministère vient de publier « le Guide du Diplomate marocain » qui a pour vocation  de donner aux acteurs de la diplomatie marocaine toutes les informations théoriques et pratiques  nécessaires dans l’exercice de leurs fonctions aussi bien à l’Administration centrale qu’au sein des postes diplomatiques et consulaires.

La perception du Maroc dans le Monde

Le Maroc a fait le choix irréversible de la démocratie, du pluralisme politique, de l`économie de marché, de l`instauration de l`Etat de droit, du respect des libertés et de l`édification d`une société moderne. Sa diplomatie est constamment mobilisée pour mettre en exergue ces avancées et faire connaître les opportunités existantes aux opérateurs étrangers et son potentiel économique et culturel.

Le Maroc est considéré par les partenaires étrangers comme un partenaire régional incontournable. Incontournable pour son équilibre régional, pour sa stabilité interne et pour sa mobilisation constante en faveur des causes justes. Incontournable pour sa proximité unique avec l’UE et ses partenariats solides avec les grandes puissances. Incontournable pour sa promotion de la tolérance religieuse, et pour l’importance de sa communauté à l’étranger (la plus importante d’Europe). Incontournable pour sa position géostratégique unique situé entre le carrefour méditerranéen et Atlantique, relais entre l’Europe et l’Afrique et trait d’union entre l’Afrique et les pays Arabes. Pour toutes ces raisons, il est important que la diplomatie soit en symbiose avec la politique intérieure du Maroc, gràce, notamment, à la recherche d’une dialectique constructive permanente et complémentaire entre la politique intérieure et la politique extérieure. Ces deux politiques s’alimentent mutuellement afin que les avancées internes servent au rayonnement du Maroc sur la scène internationale et que les évolutions externes permettent l`orientation de la politique interne en phase avec les mutations que connaît le monde.

La politique étrangère marocaine a donc, une responsabilité et un rôle crucial dans l`élaboration de l`opinion publique internationale à l`égard du Maroc et son action est déterminante pour forger la confiance dont il jouit auprès de ses principaux partenaires.

La place importante qu’occupe la diplomatie économique dans les représentations diplomatiques du Royaume

Comme l’a souligné Sa Majesté le Roi, Mohammed VI, dans son discours à l’occasion de la Fête du Trône, du 30 juillet 2009, la recherche d’une « diplomatie économique efficiente » fait partie aussi des principales priorités du pays.

L’appareil diplomatique marocain est constamment mobilisé pour répondre aux besoins prioritaires du Maroc, pour préserver et renforcer notre position ‡ l’international que ce soit en terme de recherche de nouveaux marchés pour les firmes marocaines ou pour drainer des investisseurs étrangers au Maroc.

A cet égard, Youssef Amrani a affirmé que « Nous déployons des efforts permanents, en accord avec les différents départements concernés, pour accompagner la réalisation des stratégies sectorielles du Maroc, Plan Azur, Plan Maroc vert, Emergence II, Numéris 2013,…, ainsi que pour contribuer au développement des Métiers Mondiaux du Maroc (MMM), tels que l’aéronautique, l’offshoring, l’automobile, l’électronique, ect. »

Pour dynamiser la diplomatie économique du pays, plusieurs actions ont été mises en place, notamment, le développement d’un réseau étoffé de structures économiques dans les Ambassades et les Consulats. Ce réseau apporte son soutien aux missions commerciales marocaines à l’étranger et son concours à la préparation et  la coordination des diverses manifestations économiques et commerciales et  l’accompagnement des opérateurs dans leur quête de nouveaux marchés et de nouveaux partenaires.

L’action du Ministère se déploie également sur plusieurs plateformes géographiques et sectorielles à travers de nombreuses initiatives (Salons internationaux, Forums spécialisés, Roadshows, visites de délégations, …). L’objectif principal est de rester activement engagé pour renforcer le positionnement stratégique et compétitif du ´†produit Maroc† à l’étranger.

Le Ministère veille à instaurer une concertation régulière avec les représentants des principaux secteurs économiques et ‡ l’implication du Conseiller économique dont la vocation première est de servir de relais permanent entre les opérateurs économiques nationaux et étrangers.

Enfin, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération demeure engagé au service de l’entreprise marocaine pour l’accompagner dans la prospection des marchés, saisir de nouvelles opportunités qui lui procurent des avantages sur le marché et lui permettent d’atteindre un positionnement compétitif sur le plan régional et mondial.

A travers cette réforme qui touche à tous les fronts de la diplomatie, le Maroc se donne l’ambition d’une politique étrangère au service de la promotion de son rayonnement et de la défense de ses intérêts.

 

 

média