Le Maroc plaide pour une vision africaine de la migration

Le Maroc a organisé une rencontre à New York sur les questions de la migration.  Youssef Amrani, Ministre Délégué aux Affaires Étrangères, nous explique le pourquoi de l’initiative marocaine.

Le Royaume du Maroc a organisé une rencontre sur la migration au siège des Nations Unies à New York ce 1er octobre 2013. Dans quel cadre s’inscrit cette manifestation ?:

Youssef Amrani : Le Royaume du Maroc a organisé, cet événement parallèle ou side event, à l’occasion du deuxième Dialogue de Haut Niveau sur les Migrations Internationales et le Développement, qui se tiendra des 3 et 4 octobre 2013 à la 68ème session de l’Assemblée Générale à New York.

L’objectif de cette démarche étant de présenter la nouvelle vision nationale en matière de politique migratoire ainsi que sur la promotion d’une nouvelle architecture africaine autour des thématiques de « Migration et Développement ».

Cet événement, qui a vu la participation d’éminentes personnalités de nombreux pays et les représentants des pays partenaires et organisations internationales, constitue un prolongement au niveau international  de l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour une vision nouvelle de la politique migratoire nationale, novatrice dans la région, prenant en compte la dignité humaine et caractérisée par son approche multidimensionnelle.

Je rappelle que l’Initiative Royale a été consacrée par l’appui unanime de nos différents partenaires et des organisations internationales, comme en témoigne le contenu des entretiens de SM le Roi avec certains Chefs d’Etat africains et les déclarations des représentants de pays frères, dont ceux du Sénégal, de la Cote d’Ivoire, du Gabon ou encore du Burkina Fasso.

Ces pays ont exprimé, à cette occasion, leur soutien et pleine adhésion à la dynamique qu’entend engager le Maroc dans le domaine de la gestion des flux migratoires.

La Vision du Souverain, par sa portée et son ambition, définit un véritable cap stratégique qui apporte des réponses structurelles à la problématique de l’immigration ; phénomène constituant un défi majeur pour l’ensemble de la région

Le Maroc peut-il être considéré uniquement comme un pays de transit et d’origine ? Dans le cas contraire quelle est la vision de notre pays dans les relations avec les pays africains sur la gestion migratoire ?

Youssef Amrani : De pays de transit, le Maroc est passé à pays de destination, qui a toujours assumé son rôle d’acteur dynamique responsable et crédible aussi bien en Afrique que dans son environnement euro-méditerranéen.

C’est dans ce contexte que le Maroc, qui avait abrité, en juillet 2006, la première Conférence euro-africaine sur la migration et le développement, appelle aujourd’hui les pays africains, avec l’appui de leurs partenaires européens, à confirmer leur engagement pour les questions de migration & développement, qui sont inéluctablement liées.

L’engagement régional et international du Maroc se traduit également dans la récente Initiative souverain, qui conçoit le traitement de la question migratoire par une vision nouvelle de la politique migratoire nationale.

Cette rencontre de New York est une contribution concrète du Royaume du Maroc et s’inscrit dans le cadre du rapport du Secrétaire Général de l’ONU, en prévision du deuxième Dialogue de Haut Niveau sur les Migrations Internationales et le Développement, qui a incité la communauté internationale à définir un ensemble commun d’objectifs et d’indicateurs pour suivre la mise en œuvre de mesures visant à accroître les avantages et à relever les défis de la migration internationale, pour les examiner dans le cadre du programme de développement de l’après-2015.

Quelles sont les prochaines étapes que le Maroc ambitionne de donner au niveau régional et international avec cette rencontre de New York? En quoi consiste l’ « Alliance Africaine pour la Migration et le Développement » présentée par le Maroc?

Youssef Amrani : Le Maroc entend promouvoir à travers cette initiative l’importance des partenariats et de la coopération pour une gestion optimale des migrations, à tous les niveaux, y compris aux niveaux bilatéral et régional, en s’appuyant sur les organisations régionales notamment la CEDEAO et l’UMA.

Pour cela, le Royaume du Maroc a plaidé en faveur d’une « Alliance Africaine pour la Migration et le Développement » qui est un engagement basée sur une vision africaine commune de la migration et sur des principes humanistes.

Il ne faut pas oublier que le respect de la dignité et des droits fondamentaux des migrants et des réfugiés au sein des pays africains mais aussi auprès des partenaires européens et autres, est l’un des points fondamentaux de la vision marocaine  travers cette « Alliance ».

Plus globalement il faudrait également s’atteler grâce à cette « Alliance » au renforcement des accords de coopération bilatéraux, régionaux et multilatéraux, d’autant plus que la migration est un catalyseur de développement et un facteur de rapprochement entre les nations.

Cette initiative marocaine met en exergue l’importance du principe de coresponsabilité, en encourageant la mise en œuvre d’initiatives concrètes en matière migratoire, par une concertation structurée et continue entre les acteurs étatiques, le secteur privé et la société civile.

Le Maroc aspire à que les initiatives de cette « l’Alliance » soient soutenues par les partenaires et les organisations internationales spécialisées, en mobilisant l’ensemble des leviers de coopération disponibles.

média